Arles (20/04/2019) : Trois oreilles pour Manzanares, premier triomphateur de la Feria Pascale, une pour Álvaro Lorenzo qui prend date...

  • Imprimer

©ElTico
©ElTico
La première corrida de toros de la Feria de Pâques 2019 s'est conclue par la sortie en triomphe de l'amphithéâtre d'Arles de José María Manzanares, auteur de deux faenas poderosas dans son style empreint de classe et d'empaque, le tout face à deux toros nobles mais exigeants qui demandaient une application de tous les instants.

Un Manzanares comme on les aime, qui après une saison 2018 un poil décevante, semble revenir à l'excellent niveau artistique qui doit être le sien.
Morante de la Puebla restera une enigme à Arles... Des muletazos à nul autres pareils, une rondeur et une profondeur uniques et d'un coup, le charme se rompt... La faute à un premier adversaire qui soudain s'arrêta et à un second qui bien vite refusa les règles du jeu. Le sévillan en fit peu, certes, mais ce peu là, il n'y a que lui qui peut le faire...
Álvaro Lorenzo se présentait à Arles et on peut penser qu'il y reviendra souvent dans les prochaines années. Mal servi au sorteo avec un premier sans classe et un second violent, il fut tout de même l'auteur des naturelles les plus pures de l'après-midi au troisième. Ayant arraché l'oreille de ce toro sur une série de manoletinas millimétrées et après une épée efficace, il est dommage que son deuxième combat, très technique et déterminé, n'ait pas impacté plus sur les tendidos, limitant sa récompense à une belle ovation.
Belle entrée et météo agréable pour cette première de feria. Et demain, après la novillada matinale 100% française, il y a Chamacooooooooo !

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier toro, marqué du fer de Domingo Hernandez, désarma Morante sur la troisième passe de cape. L'Andalou se reprit, distillant quelques veroniques dans son style si particulier. Après des tercios de piques et banderilles médiocres, l'animal se décomposa très vite lors du dernier tiers. En tout début de faena, l'espagnol put tout de même servir deux séries de derechazos de belle facture avant que l'ensemble ne devienne rapidement sans intérêt. Mort sans engagement en six temps. Division d'opinions.

Le second de la tarde, dévolu à José Maria Manzanares, se montra brave sous la première ration de fer, venant avec alegria et mettant les reins. La seconde puya s'avéra quant à elle plus anecdotique. Très motivé, Alvaro Lorenzo réalisa un quite millimétré par chicuelinas frémissantes, montrant ainsi les belles intentions de l'espagnol. Manzanares vit de suite les bonnes dispositions de son opposant sur la corne gauche. Trouvant sans attendre le sitio idoine, il imprima deux bonnes séries gauchères avec classe et temple, donnant ainsi le ton d'une faena qui s'avéra de très bon niveau. Dans un ensemble ambidextre, Manzanares profita des charges remplies de noblesse de son adversaire pour éditer des tandas pleines de volupté et de rondeur, impactant naturellement sur un public arlésien sous le charme. Seul bémol à cette prestation, une mort par lame contraire qui n'empêcha pas la présidence de libérer une oreille.

Alvaro Lorenzo se montra très appliqué et doux lors de la réception de son premier Garcigrande. Ce joli salpicado reçut deux prises de châtiment sans grande qualité. Au dernier tercio, le natif de Toledo se montra très concerné et tira le maximum d'un adversaire sans classe, culminant sa prestation sur une magnifique série de naturelles très pures. En fin de combat, il parvint à faire monter l'intensité de son trasteo lors de redondos dans des terrains rapprochés, suivis de manoletinas allurées. Il tua par une épée tendida d'effet rapide, délivrant un trophée du palco présidentiel. Oreille.

Morante salua timidement son second adversaire du jour, avant de ne se sentir que très peu concerné par la mise en suerte de son bicho à la cavalerie. L'andalou fit sévèrement châtier ce Garcigrande lors deux rencontres très appuyées. Tercio de banderilles totalement décousu où le changement de tiers fut obtenu avec seulement trois palos sur le dos. Le début de faena, par doblones débordant de toreria, laissa suggérer une suite radieuse. Hélas, au fur et à mesure que les secondes s'égrainaient, le toro se montra de moins en moins collaborateur. Il permit à l'artiste de ne délivrer que des passes de qualité au compte goutte, empêchant le tout de prendre son envol. Mort par lame habile. Silence.

Manzanares se mit en évidence par une réception capotera très templée, toutefois ternie par un désarmé sur le remate. Au tercio de varas, trois piques sans éclat où le bicho sortit seul du peto. Sur les premiers échanges de muleta, le Garcigrande se montra désordonné dans ses charges, ajoutant à ceci plusieurs pertes de mains. A base de patience et de technique, Manzanares réussit à faire aller à mas ce toro, tirant ainsi le meilleur parti de cet adversaire. L'alicantin, très décidé, édita un trasteo très plaisant et poderoso, qui connut de très bons moments sur chaque rive. Il paracheva cette importante faena par un recibir légèrement tombé, d'effet immédiat. Deux oreilles.

Le dernier de la tarde fit vite comprendre à Alvaro Lorenzo que leur confrontation ne serait pas une partie de plaisir. Sur la réception capotera, l'astado chargea le voile avec peu de clarté, avant de désarçonner le piquero par deux fois, obligeant ce dernier à passer à l'infirmerie après une lourde chute. Juan Carlos Sanchez, montant le cheval suppléant, donna deux belles rations de fer à ce Garcigrande. A la muleta, le toro se montra réfléchi et avisé, se jettant avec violence dans l' étoffe. Face à ces complications, Alvaro ne baissa pas les bras et fit un bel effort pour résoudre les équations posées. Dans un ensemble très technique, l'espagnol fit preuve de maturité et de pundonor tout au long du troisième tiers, prenant pas à pas le dessus sur cet animal récalcitrant et rendant ainsi une copie très convaincante. Après un trois quart de lame concluant, une légère pétition s'éleva des gradins. Cette faena de belle valeur aurait mérité d'être récompensée par autre chose qu'une ovation.

 

Arènes d'Arles (13)
Samedi 20 avril à 16h30
4 toros de Garcigrande et 2 de Domingo Hernandez (1,2)
Poids : 510 , 500 , 525 , 535 , 540 , 530.
Temps agréable
Durée : 2h35
Entrée : 3/4 de plaza

Morante de la Puebla : Division d'opinions après avis / Silence
José Maria Manzanares : Oreille après avis / Deux Oreilles après avis
Alvaro Lorenzo : Oreille / Ovation avec Salut après avis

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico