• 1

Magescq (16/02/2014) : Andres Roca Rey triomphe en ouverture de la temporada...

 

Photo : Roland Costedoat
Photo : Roland Costedoat
Un dimanche ensoleillé pour ouvrir la temporada 2014, des arènes pleines, des aficionados heureux de pouvoir enfin se retrouver autour d'une belle passion... Le toro brave. Et aujourd'hui à Magescq,  nous avons eu de bons exemplaires de noblesse, car les novillos retenus par Jean Louis Daré nous ont "régalé" dans l 'ensemble.

La course commencera avec plus d'une demi heure de retard (anecdotique), car nos vaillants "antitout" étaient là (moins d'une centaine), et donc pour la peine, les services de sécurité étaient renforcés comme il va de soi. L'aficionado est bien protégé. 
Par contre les maintenant "fameux" antitout, non pacifistes, ont saccagé des voitures. Alors il reste à espérer que ces hooligans soient de nouveau punis comme il se doit. Nous vivons dans un pays où il serait bien de respecter les lois.
 
Parenthèse fermée, passons à ce qui a vraiment de l'importance.
 
Le premier novillo de l 'après midi fut très noble. Il dépensa beaucoup d'énergie en tours de piste, Louis Husson essaya de le canaliser au capote. 
Quite de Roca Rey très stylé. 
Aux banderilles le novillo manque un peu de charge. Sa noblesse à la muleta lui fait s'attraper les cornes dans le sol plus d'une fois. Louis parait sûr de lui, nous offre de jolis gestes, de la classe, plutôt dominateur avec son adversaire. Hélàs il fallut 4 épées pour tuer son novillo.
A son second opposant, Louis fait preuve de plus d'entrega au capote, son novillo est plus vif, très présent. 
Le tiers de banderilles se complique, le novillo coupe beaucoup.
La faena de Louis sera décousue et sans vraiment de fil conducteur, nous n 'aurons pas compris le sens artistique qu'a voulu donner le jeune novillero. C'est vrai qu'il nous a habitué à mieux... Il tua d'une épée entière. Applaudissement et salut, mais il refuse la vuelta.
 
La premier novillo d'Andres Roca Rey est un peu plus petit que le novillo de Louis. Superbement reçu dans un capote efficace.
Quite de Gines Marin.
Andres se pique et nous livre une série poderosa et technique, pleine de maestria.
Il banderille lui même, toujours avec ce même poder, la dernière paire est parfaite. Ovation.
Le novillo de Jean Louis Daré est d'une grande noblesse, Andres le torée avec douceur et soberbia à la fois. Une épée efficace et deux oreilles sont octroyées au Péruvien. Un seul regret, le novillo méritait amplement une vuelta al ruedo... excellent exemplaire! Il fut chaleureusement applaudit à l 'arrastre.
A son second novillo, plus fort, plus rond, Andres nous offre encore une fois beaucoup de présence et d'oficio.
Quite de Gines, puis Andres.
Aux banderilles Andres donne tout ce qu'il a, le novillo vient fort, la dernière paire sera plantée au ras du mur, al quiebro. Grande ovation.
Il commencera sa faena à genoux, le novillo vient toujours fort et puissant et a plus un comportement de toro que ses congénères. Il humilie mais se retourne vite et se défend de coups de tête. Malgré tout Andres s'en sort très bien, faisant preuve de beaucoup de maturité, de technique. Il comprend bien son adversaire. La faena sera un peu longue, une épée, une oreille.
Toro applaudi à l'arrastre.
 
Gines Marin accueille son premier opposant à genoux, un modèle de novillo idéal pour les non piquées.
Quite de Louis.
Changement de tiers demandé par Gines après deux paires de banderilles. Le novillo était un peu compliqué à fixer.
La faena commence de loin , Gines laisse beaucoup de distance à cet exemplaire une fois de plus très noble. Gines se fera désarmer, le novillo manque d'oxygène, il accuse les passes un peu trop courtes infligées en début de faena. Il se met sur la réserve. Une fois le novillo un peu récupéré, il livrera quelques séries nobles. La faena est longue, la mise à mort laborieuse.
Le deuxième novillo de Gines est plus charpenté que son premier.
Quite de Louis.
Le novillo a beaucoup de vitesse et rend le tiers de banderilles compliqué.
En ce qui concerne la faena de muleta, se fut très compliqué également... Le novillo charge très fort et rapidement puis se freine net. Il s'oriente vite... Gines s'en sort comme il peut.
Une épée efficace, applaudissements.
 
 
Le triomphateur de ce jour sera à l'évidence Andres Roca Rey, qui aura unanimement emballé tout le monde présent à Magescq. Olivier Baratchart lui remit le prix du meilleur novillero de la tarde. Ce jeune garçon a beaucoup de talent et il sait transmettre son émotion au public. Ce fut un joli début de saison pour lui comme pour nous tous présents sur les gradins !
 
 
Nathalie
 
 
 
Magescq , 16H30 
Arènes pleines
novillada sans picador
 
6 novillos de Jean-Louis Daré, fer du "Camino de Santiago"
 
Louis Husson        : Silence, applaudissement
Andres Roca Rey  : 2 oreilles, 1 oreille
Gines Marin          : Silence, applaudissements