• 1

Parentis (10/08/2014 - tarde) : novillada sérieuse et exigeante de la ganaderia Yonnet...

 

Photo : Thierry Reboul
Photo : Thierry Reboul
La course a commencé par un vibrant et émouvant hommage au ganadero récemment disparu. Orphelin du Mestre de la Belugo, les novillos sont sortis avec la devise noire.

Très bien présentés (hauts, charpentés bien armés et sans graisse inutile), ils ont eu un intéressant comportement de mansos con casta. Leurs combats ont tenu en haleine et passionné le public qui remplissait le ruedo parentissois. On est loin des toros qui embistent et permettent des faenas longues et fleuries. Certes, mais ces novillos complexes, dangereux exigeants pour les toreros permettent à des hommes courageux, souvent modestes, portés par un public qui perçoit le danger, de briller et de faire honneur à leur métier.

Luis Gerpe a eu des difficultés pour dominer son premier toro qui se retournait vite et a fini par l’accrocher le blessant à la main. Luis n’a pas reculé face à un second opposant. Compliqué et avisé ne permettant que des séries courtes. Le danger a créé beaucoup d’émotion en piste et sur les gradins. Cette faena courageuse est conclue par une excellente estocade et le novillero coupe le premier trophée de l’après-midi.

Juan Millan remplace Vincente Soler blessé à Tudela., Il a réalisé une faena très technique pour canaliser la charge de son second novillo et l’obliger à passer à gauche. Malgré le danger, il fait preuve d’un certain sens artistique  ; Il capte le public par l’émotion et la qualité de sa prestation mais perd toute possibilité de succès avec les aciers. Il avait salué au tiers après une faena moins intéressante à son premier novillo mais conclue d’une entière rapide d’effet.

Guillermo Valencia, dominé par un premier adversaire compliqué et complexe est secoué durement en fin de faena. Transporté à l’infirmerie avec un choc à la cage thoracique, il laisse Luis Gerpe tuer le novillo. Il revient en piste pour toréer le sixième novillo plus noble et plus franc que ses congénères (un vrai havre de douceur dans un monde de brutes). Le Yonnet superbement piqué (grande ovation à Juan Agudo, coqueluche du public de Parentis) est noble. Il permet au torero colombien de dessiner une faena méritoire et brillante conclure d’une estocade portée avec foi  avant d’obtenir le second trophée de l’après-midi.

Le mayoral sera appelé à saluer et les trois novilleros sortiront des arènes sous une vibrante et respectueuse ovation. Cette intéressante novillada termine bien une excellent édition 2014 de la Féria organisée par la sympathique équipe de l’ADA Parentis.

Fiche technique :

4 novillos d’Hubert Yonnet et 2 de François Yonnet (2ème et 6ème) pour

 

Luis Gerpe (silence, une oreille)

Juan Millan (salut au tiers, silence)

Guillermo Valencia (passage à l’infirmerie et novillo tué par Luis Gerpe, une oreille)

 

Salut des banderilleros de Luis Gerpe au 4ème

Salut du picador Juan Agudo au 6ème

Salut du Mayoral

 

Thierry Reboul