Béziers (15/08/2014 - tarde) : Castella a hombros ; une oreille pour Bautista...

  • Imprimer

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot

Trop de règlement tue le règlement... Qu'il aurait été agréable de voir sortir en triomphe côte à côte les deux toreros français du cartel de cette corrida... française. Mais une Présidence très à cheval sur le "règlement" ne l'a pas souhaité.
Déjà hier, elle avait refusé la deuxième oreille du Juli, pourtant réclamée fortement par l'assistance... Mais il s'agissait de la deuxième oreille. Plus tôt dans la course, elle avait fait fi d'une belle pétition qui réclamait un trophée pour Sebastian Castella. La demande n'était, c'est vrai, peut-être pas majoritaire... Mais que dire aujourd'hui de cette explosion unanime à la tombée du deuxième Margé, foudroyé par Juan Bautista après une faena très technique face à cet adversaire d'une rare violence ? Elle était au moins aussi majoritaire que la bronca qui s'est elevée une fois le toro ramené par l'arrastre. Le "règlement" prévoit que le premier trophée appartient au Public...

Dans le ruedo, une Tramontane toujours très gênante a contrarié la première moitié du spectacle. Enrique Ponce est reparti à vide après 
avoir touché le moins bon lot. Juan Bautista a quand même obtenu une oreille du cinquième face auquel il a tout tenté et presque tout réussi, puisqu'obligé de s'y reprendre à deux fois pour coucher l'astado. Enfin Sebastian Castella a triomphé devant les siens après avoir coupé une oreille de chacun de ses opposants. Mais surtout, après la déconvenue de la corrida d'ouverture, il a montré le visage des bons jours. Et ça, c'est certainement le plus important pour lui...
Laurent Deloye ElTico
 
 
La chronique de Alexandre Guglielmet :
 
Enrique Ponce (Bleu roi et Or) accueillit le toro d'ouverture par véroniques avant que celui ci ne prenne deux piques en s'employant. Le vent très gênant et  un adversaire sans charge et qui se défendait, ont eu raison des tentatives du maestro pour construire une quelconque faena. Mort en trois temps. Silence.
Pas plus de chance avec son second, l'astado se montrant fade et  également sans charge, accusant sûrement la vuelta  de campana subie  après son unique rencontre avec la cavalerie. Le toro empêcha le maestro de Chiva de lier plus de deux muletazos par série. Une entière en place. Silence.
 
Juan Bautista (Violet et Or) vit son premier opposant sortir plein de fougue, donnant un joli coup de barrière. Il se distingua en recevant par véroniques suivies de chicuelinas engagées qui firent résonner les premiers "olé" de la tarde. A la muleta, face à un toro qui n'humiliait pas et qui avait une once de violence, il réussit, à force de technique et d'abnégation, à réaliser une faena valeureuse. L'Arlésien donna des séries dominatrices sur les deux bords, avant de parachever son travail par une entière fulgurante. Grosse pétition d'oreille et énorme bronca à la présidence. Ovation avec saluts.
Devant le cinquième de l'après midi, il montra toute son envie en accueillant son astado par larga suivi de véroniques à genoux. Juan Bautista demanda le changement de tercio après une légère pique pour préserver son adversaire. Ce dernier se révéla noble mais sans force. Le torero offrit une faena intelligente, toréant à mi hauteur, et laissant le toro se reprendre entre chaque série. Il développa un répertoire varié, où s'entremêlaient derechazos, naturelles, molinettes, pechos genou à terre et passes dans le dos. Il logea une entière après un pinchazo. 1 Avis et Oreille.
 
Sébastien Castella (Jaune moutarde et Or) amena son premier Margé au centre du ruedo par véroniques. Son toro montra sa bravoure face au groupe équestre, faisant chuter Jose Doblado de sa monture lors de la première rencontre, et partant de loin pour recevoir sa deuxième pique. Le Biterrois initia sa faena par cinq muletazos assis sur l'estribo. Sur les premières séries où l'astado se montra noble, il put développer une tauromachie plaisante, avec de jolis gestes sur la main droite. Le toro s’éteignit, ce qui obligea Sébastien à le toréer dans le berceau des cornes, dans un style tremendiste. Il termina par manoletinas, avant de faire vaciller son adversaire d'une demi lame qui libera le premier appendice de la tarde. Oreille.
Face au dernier de l'envoi qu'il brinda au public, le maestro débuta son trasteo par quatre statuaires, pieds rivés au sol. Il orchestra une tauromachie épurée, toréant a gusto sans se faire accrocher le leurre. Le toro baissa de rythme en fin de combat, ce qui n'empêcha pas le Biterrois de finir son labeur par redondos et muletazos dans un périmètre restreint, qui portèrent sur l'auditoire. Il conclua par une entière légerement trasera qui suffit à faire tomber le mouchoir le blanc, synonyme de sortie par la grande porte. Oreille.
 
 
Fiche technique :
 
Arènes de Béziers (34)
Six toros de la ganaderia de Robert Margé, homogènes, bien présentés, de comportement inégaux
Vendredi 15 Août 2014. 18h00.
Entrée : 9/10ème
Temps : Soleil mais vent gênant
Durée de la course : 2h20
Rencontres avec la cavalerie: 11
Poids des toros : 525/500/545/540/530/520
 
Enrique Ponce: Silence/Silence
Juan Bautista : Ovation/ 1 Avis et Oreille
Sébastien Castella : Oreille/Oreille
 
Alexandre Guglielmet