• 1

Béziers (16/08/2014 - tarde) : Cayetano Ortiz a hombros au terme d'une émotionnante corrida de Torrestrella...

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot

Un lot de présentation digne de Las Ventas et de belles émotions pour cette troisième corrida de la Feria de Béziers 2014 avec, en prime, la sortie en triomphe d'un autre enfant du Pays Biterrois, Cayetano Ortiz.
Le protégé de Denis Loré, qu'on avait connu trop facile et manquant parfois de cette flamme qui fait la différence dans les catégories inférieures, s'est fait violence et a largement mérité son triomphe, payé du prix de son sang dans les arènes de sa ville. De belles émitions aficionadas avant tout, car les trois diestros du jour ont tout donné face à un lot de Torrestrella on l'a dit, superbement présenté, mais au comportement hétérogène allant du maniable troisième au dangereux cinquième. Le vent n'a rien arrangé à la chose, compliquant terriblement les combats de David Galvan, contracté pour remplacer David Mora, encore convalescent après sa terrible blessure Madrilène et qui a hérité du pire lot.

Manuel Escribano est allé attendre a porta gayola ses deux adversaires et les a banderillé avec brio, notamment sur ses fameuses troisièmes paires al quiebro al violín au fil des planches, qui sont 
désormais sa marque de fabrique. Son premier, sans force et sans transmission, ne lui a pas permis de transmettre d'émotion lors d'un combat sans relief conclu d'une mete y saca ; une entière et un descabello. Il débutera la faena au quatrième genoux en terre. Ce toro, noble avec une pointe de genio l'avertira sans conséquence fâcheuse, mais lui permettra de se montrer varié et dominateur majoritairement sur le piton droit,  avant entière trasera définitive. 
 
David Galvan a vu sortir du toril un premier exemplaire qui n'humiliait pas et ne délivrait que des demi-charges. Après avoir longuement essayé de l'améliorer, le torero de Cádiz s'en débarrassera difficilement en quatre envois. C'est devant le cinquième du jour, un superbe cárdeno claro de 590 kgs, que Galvan a peut-être gagné le coeur de l'aficion biterroise. Et du coeur, il en fallait pour supporter les regards et les charges courtes mais violentes de ce toro andarin, développant un danger de tous les instants et portant deux poignards sur le frontal. Plusieurs fois avertis, David Galvan se retrouva à sa merci sur un derote qu'il ne paya, fort heureusement, que d'une déchirure de la taleguilla. De nouvelles difficultés aux aciers lui valurent de n'obtenir qu'une grosse ovation du public reconnaissant.
 
Cayetano Ortiz se présentait de matador de toros dans les arènes de sa ville. Il les a quittées à dos d'homme... Le matador biterrois n'a pas laissé passer l'occasion de couper un pavillon du troisième toro de la course, maniable et sans grande transmission, face auquel il conclut d'une série de manoletinas très engagées qui emportèrent la décision, avant entière foudroyante qui suivait un pinchazo. L'exemplaire clôturant la course se révèlera fort compliqué. Mais Cayetano Ortiz ne baissera jamais les bras, bien au contraire. Il fournira un gros effort qui le conduira jusqu'à un accrochage terrifiant, qui le verra promené durant de longues secondes sur les pitons du toro. Aux dernières nouvelles, le biterrois ne souffrirait que de lésions superficielles. L'aficion fait parfois des miracles... L'estocade,  un modèle d'engagement et d'effet quasi-immédiat, déclenchera une pétition d'oreille agréée par une Présidence très cohérente aujourd'hui.
 
 
Plaza de toros de Béziers
samedi 16 août 2014 - tarde
2/3 d'arène
Toros de Torrestrella, superbement présentés et armés, très hétérogènes de comportement.
Poids des toros : 520 ; 515 ; 560 ; 500 ; 590 & 540 kgs
12 rencontres avec la cavalerie Alain Bonijol, sans réelle bravoure.
 
Durée de la course : 2 heures 25
 
Manuel Escribano : saluts et oreille
David Galvan (qui remplaçait David Mora, convalescent) : silence et grosse ovation après avis
Cayetano Ortiz : oreille et oreille 
 
Laurent Deloye ElTico