• 1

Béziers (17/08/2014 - matinale) : Andres Roca Rey triomphe d'une bonne novillada de Pagès-Mailhan...

 

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot
Au quatrième et dernier jour de la Feria, la Tramontane ayant enfin "calé", la chaleur s'est faite étouffante sur les gradins. Chaleur aussi dans le ruedo pour les trois novilleros de cette matinale, face à un encierro de Pagès-Mailhan très sérieux de présentation et au comportement tenant plus du toro adulte que du novillo, mais toujours intéressant.

Cette précision pour tempérer les appréciations sur les prestations des trois novilleros qui vont suivre, car tous trois se sont montrés très courageux face à un tel lot. Au final, c'est le péruvien Andres Roca Rey qui triomphe après avoir coupé une oreille de chacun de ses opposants.
 
Vicente Soler s'est fait bousculer spectaculairement par le premier novillo qu'il était allé saluer a porta gayola. Relevé sans dommage corporel, il s'illustrera aux banderilles avant de peiner à s'accorder avec cet exemplaire encasté qu'il couchera de trois pinchazos avant vilaine atravesada et descabello. Face au quatrième, économisé sur une pique et une rencontre, il entamera par passe cambiada avant de sécher à nouveau devant la noblesse de son adversaire, qui accusait un poil de faiblesse certes, mais ne lui refusait rien. Au terme d'une faena sonore, il en finissait d'une entière et décrochait une oreille.
 
Louis Husson obtenait une oreille de son premier Pagès-Mailhan, sorti en deuxième position, un exemplaire sans grande classe mais qui se laissait toréer. L'aquitain, un peu périphérique en début de faena, se reprit sur la fin et emporta la décision sur de belles séries droitières avant une demi et une entière d'effet rapide. Avec le cinquième, Louis Husson ne trouva pas le rythme et eu du mal à faire monter l'ambiance face à un novillo noble, mais qui avait tendance à protester lorsqu'on lui baissait trop la main. Une mort en trois temps ne lui permettait que d'écouter un silence.
 
Andres Roca Rey débuta au troisième tiers par statuaires vibrantes face au troisième, un exemplaire à la noblesse piquante. La musique qui avait été commandée pour couvrir les vociférations pathétiques de deux militantes anti-corrida, rapidement expulsées, servit de déclencheur à une faena qui peinait à démarrer. Le péruvien s'accorda dès cet instant à son adversaire auquel il servit des séries très engagées sur les deux bords avant atravesada accidentelle et entière. Le titulaire sorti en quatrième position s'étant brisé un piton dès sa sortie contre un burladero, il fut remplacé par un sobrero du même fer. Ce toro se révéla noble, sans trop humilier, mais avec une belle transmission. Roca Rey entama sa faena par le haut et se montra par la suite dominateur en toutes circonstances, avant entière une nouvelle fois très engagée. 
 
 
Plaza de Toros du Plateau de Valras - Béziers
Dimanche 17 août 2014 - matinale
Beau temps chaud, sans vent.
Un beau tiers d'arène.
6 novillos de Pagès-Mailhan, très sérieux de présentation et superbement armés, donnant un bon jeu en général.
Poids des toros : 450 ; 430 ; 445 ; 435 ; 430 & 440
Nombre de piques : 12 (cavalerie Alain Bonijol)
 
 
Vicente Soler : silence et oreille après avis
Louis Husson : oreille et silence
Andres Roca Rey : oreille et oreille après avis
 
A noter : 
El San Gilen, qui officiait dans le cuadrilla du torero péruvien Andres Roca Rey a été appelé à saluer aux banderilles au sixième.
 
Laurent Deloye ElTico