Orthez (28/07/2013 - matinale) :...une oreille pour Jesus Fernandez

  • Imprimer

Photo : Philippe Latour
Photo : Philippe Latour
Le Miguel Zaballos n’est pas un novillo pour vedettes. Cela tombe bien Orthez n’en fait pas venir. Dans le type Saltillo, les six représentants de l’éleveur ont proposé un cocktail exigeant pour les piétons. Mansedumbre et genio pour les uns, relents de bravoure pour les autres, se laissant faire quelquefois mais la plupart du temps difficiles et loin d’être naifs, ils passèrent aux révélateurs les trois novilleros.

Expérimenté,  Jesus Fernandez ne sera sûrement  jamais une figura. Il resta marginal malgré une bonne corne droite au premier de l’envoi qui méritait mieux malgré les  ruades et  bonds de cabri divers qu’il délivra en vrai manso à la pique. Saluts . Au quatrième,  il tâtonna avant de se confier  à gauche , main avec laquelle il tira les meilleurs muletazos de la matinée , le toro se montrant collaborateur. Une bonne épée au 2ème jet et l’oreille tomba. La vuelta qui récompensa le Zaballos fut plus surprenante même si l’animal fut brave face au picador chargé en deux fois. Il parait qu’Ivan Abasolo va prendre l’alternative dans les semaines qui viennent. Au regard de ses deux prestations qui le virent se faire dominer par ses deux adversaires, on peut en être surpris. Certes  les novillos qui lui furent proposés n’étaient pas toujours des plus clairs dans leurs charges,  mais il ne donna pas une passe en place. Triste matinée. Alberto Pozo a du caractère et de la personnalité. Batailleur sa tauromachie est celle d’un gladiateur. Au rude troisième après quelques séries de combat il se vit voir au cours d’une série de naturelles et goûta la dureté du ruedo orthézien. Nez fracturé, foulée qui défaille, il en termina comme il put en plongeant chanceusement pour une entière-Vuelta Le dernier ne différait guère de ses frères. Pozo eut bien du mal à se poser et préserva cette fois-ci son integrité physique dans une faena qui ne décolla jamais le novillo étant fort réservé.  

 

 

Philippe Latour

 

Orthez –  ½ arène 

6 Miguel Zaballos

 

 

Jesus Fernandez              saluts-oreille

Ivan  Abasolo                   silence/silence

Alberto Pozo                    vuelta/ovation

 

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour