Beaucaire (28/07/2013 – tarde) : tous a hombros

  • Imprimer

 

Photo : Daniel Chicot
Photo : Daniel Chicot
A l'exact opposé de ce qui leur a été proposé hier, c'est à un spectacle léger, fleuri et enthousiasmant qu'ont assisté les aficionados qui garnissaient copieusement les arènes Paul Laurent de Beaucaire en ce dimanche après midi, malgré l'alerte orange aux orages et le ciel menaçant par moment.

Les toros d'El Torero, formatés dans un ensemble homogène à la mesure de la catégorie des arènes, sans excès de poids ni d'armures, se sont révélés nobles et maniables pour le plus grand bonheur de leurs matadors, qui ont profité à l'envi de leurs charges douces... Et des spectateurs qui ont quitté la plaza ravis, à la suite des trois toreros et du mayoral. Mais ces quatre là par la Puerta Grande.

 

Juan José Padilla a toréé sobrement son premier El Torero, un peu faible mais noble quoique protestant sur le piton droit, jusqu'au final plus... Padillesque. Une entière plus tard, le Ciclón de Jerez décrochait la première oreille de la tarde.

Le quatrième du jour était brave et encasté. Toujours très impliqué, Padilla réalisait une nouvelle démonstration muleta en mains, les meilleurs moments s'inscrivant sur le piton droit. Une entière tendida ne devait pas l'empêcher de décrocher la deuxième oreille synonyme de sortie en triomphe.

 

Javier Conde dut abréger rapidement sa faena de muleta, son premier adversaire s'étant brisé net la corne gauche contre un burladero. Mais c'est devant le cinquième, brave et noble, que le malagueño  livra les plus beaux moments de la course. Longuette (les deux avis avaient sonné avant même qu'il n'ait tenté la première estocade), la faena fut toute de détails et de finesse aux accords de la Concha Flamenca majestueusement interprétée par l'Orchestre des arènes Chicuelo II. Et après une entière en place, Javier Conde pouvait récolter les deux oreilles de son triomphe et la chaleureuse ovation d'un public Beaucairois conquis.

 

El Capea s'entendit à merveille avec ses deux opposants du jour, nobles et maniables, les toréant sans les obliger dans un ensemble un peu répétitif, mais avec beaucoup d'application. Il ne coupa pas à l'issue de son premier combat du fait d'une atravesada accidentelle, mais se rattrapa face au dernier toro de la Feria de Beaucaire 2013, primé dans l'euphorie générale d'une vuelta al ruedo posthume, après une entière un peu basse.

 

Laurent Deloye ElTico

 

Fiche Technique :

Dimanche 28 juillet 2013 – 18 heures.

6 toros d'El Torero, homogènes de présentation et de comportement, tous nobles et maniables, certains exemplaires accusant un peu de faiblesse.

Entrée : Plus de ¾ d'arène

Météo : Temps lourd et orageux sans précipitation

Durée de la course : 2 heures 35

Nombre de piques (cavalerie Philippe Heyral) : 6

 

Juan José Padilla : oreille et oreille après avis

Javier Conde : silence et deux oreilles

El Capea : saluts et deux oreilles

 

Voir le reportage photographique : ElTico