• 1

Nîmes (15/09/2018 - matinale) : Double Porte des Consuls pour une matinale de Grâce...

©ElTico
©ElTico
Pour son Alternative, Toñete a ouvert la Porte des Consuls des arènes de Nîmes aux côtés d'Enrique Ponce, grand habitué des lieux... On ne peut rêver guère mieux, à l'occasion de son entrée dans le "monde des Grands", que de partager une sortie aussi prestigieuse avec l'un des plus Grands.

Surtout après une course comme on les aime ici, avec de l'Art et de la Grâce, puisque le deuxième exemplaire de "Toros de Cortès", baptisé "Devoto" et portant le numéro 152, repartira dans les jours qui viennent retrouver ses prairies de "Cacunanes" à Guadalix de la Sierra (Madrid), après que le Maestro Enrique Ponce lui ait pardonné la vie ce matin. Très convaincant débuts des toros de Victoriano del Rio, d'ailleurs, puisque le premier de l'envoi, celui du Doctorat de Toñete, le nommé "Asustado", avait quelques minutes auparavant été primé d'un tour de piste posthume, certes un peu généreux.
Liesse générale donc à la sortie des arènes, mis à part pour El Juli qui avait reçu en prélude la Médaille de la Ville des mains de Mr Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes et Frédéric Pastor, son élu délégué à la Tauromachie, à l'occasion du vingtième anniversaire de son alternative nîmoise. Victime d'un sorteo défavorable, le madrilène malgré deux démonstrations de pouvoir, est reparti à vide.

Laurent ElTico Deloye

 

La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le toro de Victoriano Del Rio ouvrant les débats se montra peu intéressé par le capote de salida de Toñete. L'espagnol s'appliqua avec élégance à mettre son opposant en suerte pour une pique trasera avant une seconde homéopathique. Cérémonie d'alternative suivie d'un moment de panique dû à l'incursion du toro dans le callejon lors du brindis de Toñete à son père, Manolo Sanchez et Gomez Escorial. Face à un animal de très bon son, le néo matador de toros trouva sans attendre la bonne distance sur une corne droite pleine de noblesse et de classe, éditant trois séries harmonieuses, main basse et très a gusto dans ses gestes. Après plusieurs échanges sur bâbord sans grand résultat artistique, le natif de Madrid reprit la diestra pour embarquer son adversaire dans deux séries templées à souhait qui firent vibrer les tendidos. Son toro baissant de ton en toute fin de combat, Toñete partit chercher les derniers muletazos sur la courte distance à base de circulaires allurées, impactant ainsi un peu plus sur un public conquis. Une entière jusqu'à la garde délivra deux oreilles du palco. Vuelta posthume exagérée au toro.

Enrique Ponce resta discret lors de la réception d'un toro de Cortès. Moment d' émotion au tercio de piques où l'astado déplaça la monture sans discontinuité avec force et bravoure sur une trentaine de mètres. Il prit une seconde pique en poussant de nouveau, recevant pour l'occasion une forte dose de châtiment. Le début de faena par doblones ajustés, saupoudrés d'un long pecho et d'un changement de main donnèrent le ton. Profitant des magnifiques charges nobles et douces de cet exemplaire, le maestro de Chiva réalisa un faenon. Toreant sur les deux bords, Ponce livra une partition de très haute volée, mêlant toreria, élégance, pureté et émotion, faisant lever le public comme un seul homme à plusieurs moments. En fin de labeur, l'espagnol dessina trois poncinas de catégorie, déclenchant ainsi les premières demandes d'indulto. Pétition d'intensité croissante jusqu'à son obtention après plusieurs tandas ambidextres remplies de classe. Deux oreilles et la queue symboliques.

Le troisième pour El Juli , marqué du fer de Victoriano, prit deux rations de fer. La première rencontre rectifiée et une seconde très appuyée, déclenchant les protestations populaires. A la muleta, l'astado est moins collaborateur que les précédents, posant son lot de complications. El Juli servit une faena très technique et poderosa, tirant le maximum de cette opposition. A base d'abnégation, il parvint à sortir de bons échanges sur chaque côté mais la faena ne put jamais décoller, faute à un opposant ne voulant rompre. Ovation avec Salut après julipié efficace.

Le quatrième de Domingo fut très distrait à sa sortie, allant d'un côté à l'autre du ruedo sans être fixé. Au tercio de varas, il fit chuter la cavalerie sur le contact initial avant de se faire administrer une bonne ration. Lors de l'entame de faena, le Domingo confirma ce côté manso. Faisant parler sa science, Ponce conduisit son adversaire avec une muleta ferme jusqu'au centre de piste, réduisant ainsi les envies d'ailleurs du toro. La suite fut une jolie leçon de domination et de technique, l'espagnol parvenant à créer une faena entretenue à cet animal brutal et violent. Mort en quatre temps. Ovation avec Salut.

Le Domingo Hernandez sorti en cinquième position, renversa le cheval de réserve, le picador restant quant à lui accroché et traîné de longues secondes par l'étrier. La lidia lors de ces deux premiers tiers laissa clairement à désirer. Dans la muleta du Juli, ce toro se révéla maniable, sans grande force ni classe, supérieur sur la rive droite. Technicien hors pair, le madrilène se montra très concerné et réussit à construire une faena digne d'intérêt, dominant de la tête et des épaules son sujet. En fin de trasteo, le Domingo Hernandez se sentant totalement dominé trouva comme seul échappatoire la fuite vers les planches. Mort par entière après deux pinchazos. Ovation avec Salut.

Le dernier de la matinée est de loin le plus commode de tête. Ce Domingo Hernandez ne permit pas à Toñete de briller lors de son capoteo de réception. Lors d'une double rencontre, le bicho se montra très brave, poussant sous les applaudissements avec détermination et puissance. Après une entame par doblones, pleine de personnalité, Toñete imprima à ce toro sans classe une prestation plaisante, qui connut de loin ses meilleurs moments sur tribord. A gauche le toro ne fut guère propice au toreo, l'espagnol rendant quant à lui une copie saccadée sur ce côté là. Il remata cet ensemble dans des terrains réduits, faisant preuve de stoïcisme et d'engagement lors de muletazos très rapprochés, connectant avec le public. Il conclut par une entière un poil tombée en se mouillant les doigts, libérant un trophée. Oreille.


Arènes de Nîmes (30)
Samedi 15 septembre 2018 à 11h30
Toros de Victoriano del Rio (1 ,3) , Cortès ( 2 ) , Domingo Hernandez (4 , 5 , 6 )
Poids : 513 , 540 , 526 , 541 , 532 , 554.
Léger 3/4 de plaza
Beau temps
Durée : 2h 50
Présidence : Mr Angelras

E.Ponce : Deux oreilles et la queue symboliques / Ovation avec Salut après avis.
El Juli : Ovation avec Salut / Ovation avec Salut après avis.
Toñete : Deux oreilles / Oreille.

Enrique Ponce et Toñete sortirent à hombros par la porte des Consuls.
Antonio Catalan Palazon "Toñete" prit l' alternative avec " Asustado " , portant le numéro 48 , de l'élevage de Victoriano del Rio, pesant 513 kilos , né en janvier 2014.Ce dernier fut honoré d'une vuelta posthume.
Indulto du toro de Cortès, de nom "Devoto" , portant le numéro 152 , pesant 540 kilos , né en août 2013 , sorti en seconde position.
A l'issue du paseo , El Juli a reçu des mains des instances municipales la médaille de la ville, en hommage à ses 20 ans d'alternative.

Alexandre Guglielmet

 

Voir le reportage photographique : ElTico