Nîmes (13/06/2021) : Deux bajonazos, trois oreilles, Juan Leal ouvre la Porte des Consuls...

  • Imprimer

Visuel Nimes 13062021Le matador de toros Juan Leal a ouvert la deuxième Porte des Consuls de ce week-end taurin nîmois après celle d'un autre français, "El Rafi", en ouverture hier. Une bonne nouvelle pour la tauromachie hexagonale et ce que je vais écrire en suivant ne doit en rien remettre en cause les deux faenas pleines d'engagement de l'arlésien aujourd'hui...

Car sans les épées, ce triomphe aurait sans nul doute été largement mérité. Que l'on aime ou pas le style du torero de Julian Guerra, désormais également apodéré par Simon Casas, on ne peut lui enlever son courage et surtout, son application à donner au public qui vient le voir en connaissance de cause, et ce quelque soit le comportement du toro, ce qu'il est venu chercher. Mais bon, on ne peut pas dans la même course vouer aux gémonies "Finito de Córdoba" qui, dans le brouhaha ambiant, n'a pas entendu le troisième avis et tente d'en finir d'un énième descabello avec son premier et donner les deux oreilles du dernier de la tarde après une épée dans l'épaule... Les photos feront foi, même si la muleta opportunément restée accrochée au pommeau de l'estoc a pû masquer le désastre aux yeux de la majorité des présents... La Présidence, qui avait tenu bon au troisième après une épée certes moins scandaleuse, mais tout de même très basse, se laissait aller cette fois-ci sous la pression populaire en accordant les deux trophées synonymes de Porte des Consuls pour Juan Leal... Quelle est désormais l'importance d'une telle distinction ? La question peut aujourd'hui se poser...
La tauromachie ne se défend au XXIème siècle que par sa vérité et ses codes. Le toro adversaire doit être tué dans les règles de l'Art, le torero exposant son intégrité corporelle dans cet instant suprême. Et une épée "qui rentre", même si son effet est fulgurant, n'est pas forcément une bonne épée... Dans ce cas là, le public doit savoir accepter de voir s'envoler les trophées et fêter le torero pour son trasteo comme il se doit, l'exemple de "Finito de Córdoba" en témoigne.
Les deux faces d'une même médaille pour un bon "Finito de Córdoba" aujourd'hui... Malmené après son échec aux aciers face au premier "Fuente Ymbro" du jour, un exemplaire exigeant qu'il verra rentrer vivant au toril après une faena durant laquelle il avait fait un effort remarquable, il offrira face au quatrième une véritable leçon de belles et bonnes manières, de bon goût, dans un style ultra classique et épuré dont il est l'un des plus grands spécialistes. Encore en délicatesse à l'épée, il perdra tout espoir de trophées mais effectuera une vuelta particulièrement fêtée, le public nîmois n'étant pas du genre rancunier...
Quant à Diego Urdiales, un torero que l'aficion réclame, il est resté une nouvelle fois inédit, peu aidé il est vrai par un lot guère favorable, mais assez décevant quand même...

       

Arènes de Nîmes
Dimanche 13 juin 2021
Seconde et dernière du week-end taurin 2021
Entrée : Plus de trois quarts de la capacité autorisée.
Toros de Fuente Ymbro, bien présentés, de comportement divers, meilleurs les 4ème et 6ème, exigeants les 1er et 2ème, maniable le 3ème et compliqué le 5ème, pour :

Finito de Córdoba, trois avis et bronca et vuelta al ruedo après avis
Diego Urdiales, ovation après avis et applaudissements
Juan Leal, oreille avec pétition de la seconde et deux oreilles.

Laurent Deloye ElTico

Voir le reportage photographique : ElTico