• 1

Lunel (19/07/2015) : Manolo Vanegas et Andy Younes a hombros...

@Rodolphe Savalli
@Rodolphe Savalli
Ce dimanche 19 Juillet, en clôture des fêtes de la "Pescalune 2015", se déroulait une novillada au cartel international et très attractif.

Au programme six novillos de Valdefresno (Salamanque) pour le Vénuzélien Manolo Vanegas, venant de couper une oreille sur le sable de Las Ventas et après avoir été le triomphateur des novilladas d'Àles et Vauvert ; pour l'Espagnol Gines Marin, torero artiste et leader de l' escalafon novilleril ; et pour l' Arlésien Andy Younes, grand espoir de la tauromachie française et vainqueur notamment de la Cape d'Or lors de la dernière Feria de Pentecôte.

Le premier de Manolo Vanegas eut du mal à se fixer dans le capote de salida et freina dans les lances du Vénézulien. Le Valdefresno prit deux piques en mettant les reins, montrant une belle bravoure. Après un quite de Gines Marin par chicuelinas, Manolo brilla lors d'un tercio de banderilles de haut niveau. A l'ultime tiers, il tira le maximum d'un novillo qui s’éteignit vite dans son voile. Le novillero livra une prestation pleine de volonté, dont les meilleures séquences furent données par derechazos. La corne gauche se révéla inexploitable. Une entière légèrement de côté fit tomber la première oreille de la tarde.
Le protégé de Philippe Cuillé et Didier Cabanis mena son second utrero par chicuelinas marchées jusqu'au piquero, pour une unique rencontre. Il orchestra un tercio de banderilles rempli d'émotion, au cours duquel il se fit vilainement accrocher sur un quiebro al violin. Au dernier tercio, le Vénuzélien s'arrima comme un lion, face à cet utrero peu collaborateur et au danger sourd. Manolo montra sur les deux cornes beaucoup d'engagement dans son travail, arrachant de valeureux muletazos, allant jusqu'à l'accrochage sur une naturelle. Il acheva son combat par redondos et manoletinas très engagées, avant de loger une demie épée suffisante. Oreille.

Gines Marin reçut son premier adversaire par de douces veroniques, rematant par revolera. Il conduisit son opposant au groupe équestre pour une seule rencontre. Après une entame de faena par statuaires, son novillo se révéla sans force. L'Espagnol fut contraint à le toréer à mi-hauteur, sans jamais l'obliger. La faiblesse de son utrero mit un frein à l'envol de sa faena, malgré quelques gestes isolés de grande classe. Gines connecta vraiment avec le public en terminant sa prestation dans le berceau des cornes, faisant passer le novillo au ras de ses chevilles, avant de donner quatre bernardinas ultra serrées. Un pinchazo suivi d'une entière caida. Silence.
Il salua le cinquième de la tarde par tafalleras, enchaînant par veroniques, dans un capote de velours. Son opposant fut mal piqué, lors d'une mono pique rectifiée. L'Espagnol afficha toute son envie en débutant sa faena à genoux, concluant par un changement de main de toute beauté. Il enchaîna par une série de derechazos templées qui déclenchèrent la musique. Le reste de sa faena fut d'un très bon niveau, toréant a gusto, dessinant quatre séries de naturelles de grande profondeur et sensibilité. Seul point noir de sa prestation, son désarmement à trois reprises qui fit baisser l'intensité de son combat. Une entière qui fit apparaître un mouchoir au palco. Oreille.

Andy Younes accueillit son novillo par de jolies veroniques, le menant au centre du ruedo. Le Valdefresno prit deux rations de fer, la première en poussant, la deuxième pour la forme. Quite de Vanegas par chicuelinas ajustées. Face à cet adversaire sans classe et qui ne se déplaçait guère, le novillero réussit à lui lier de précieuses séries de derechazos en laissant la muleta sous le museau. Il se fit soulever en fin de combat sans dommages. Une entière fulgurante fit tomber une oreille dans l'escarcelle de l'Arlésien.
Le novillo qui clotûrait les débats, se révéla être le plus collaborateur de l'après midi. Après avoir renversé le cheval monté par Gabin Rehabi, il prit deux puyazos, sans montrer de bravoure. Au troisième tercio, le Valdefresno permit à Andy de livrer une faena ambidextre, très plaisante. Laissant courir la main, il embarqua son novillo dans de longues séries templées de grande qualité. Son opposant baissant d'un ton en fin de faena, le novillero termina par redondos et muletazos dans un périmètre restreint, pieds rivés au sol. Une demie épée suivie de deux coups de verdugo. Oreille.


Alexandre Guglielmet



Fiche technique :

Arènes San Juan , Lunel (34)
Six novillos de la ganaderia " Valdefresno" bien présentés, manquant de caste en général
Entrée : 2/3 d'arènes
Temps : Caniculaire
Durée de la course : 2h30
Rencontres avec la cavalerie: 9
Poids des toros : 450/460/450/480/490/500

Manolo Vanegas ( Vert et Or) : Oreille / Oreille
Gines Marin ( Rose et Or) : Silence / Oreille
Andy Younes ( Gris et Or) : Oreille / Oreille


Manolo Vanegas reçut le prix du meilleur novillero offert par le CTPR Goya.
Le prix du meilleur picador a été attribué à Curro Sanchez de la cuadrilla de Manolo Vanegas pour sa prestation devant le premier novillo.


Voir le reportage photographique : Rodolphe Savalli