• 1

Maubourguet (23/08/2015) : Triomphe de Tibo Garcia face à d’intéressants novillos des ganaderias du Sud-Ouest…

@Laure Crespy
@Laure Crespy
Gros déploiement de forces de l’ordre autour des arènes de Maubourguet, mais contrairement à l’an passé la novillada s’est déroulée dans le calme et la sérénité. Les erales provenaient des ganaderias locales du Lartet, d’Alma Serena et Camino de Santiago. Chacune  a fourni un bon novillo et un autre soit plus compliqué (Alma Serena) soit  faible  pour les deux autres.

La palme revient à l’excellent becerro des frères Bats sorti en troisième position et combattu par Miguel Pacheco. Après avoir coupé une oreille le matin à Rion, Tibo Garcia a connu une très bonne après-midi  qui aurait pu être plus importante s’il avait bien tué son second.Miguel Pacheco, moins bien servi au sorteo et maladroit à l’épée, est resté en deçà de son compagnon de cartel. 

Le premier (Le Lartet) est faible et chute à plusieurs reprises. Miguel Pacheco va le toréer à mi-hauteur et, profitant de la noblesse de l’animal, réalise de bonnes séries principalement à gauche. L’eral va à mas grâce à une lidia appropriée, en se croisant, et qui met en évidence la bonne main gauche du torero. Il s’engage pour une belle entière qui manque d’efficacité et nécessite l’usage du descabello (deux tentatives).

Le troisième (Camino de Santiago) est faible. Le jeune espagnol commet l’erreur de beaucoup l’obliger à la cape et même à la muleta (derechazos à  genoux) ce qui accentue le défaut du toro. Ce dernier est noble et encasté mais il manque trop de forces et transmet peu d’émotion. Pacheco essaie sans succès de « réveiller le public » en s’agenouillant alors que le toro est allé à menos. La faena  ne décolle pas et nouveau silence pour le torero après une entière un peu basse.

Le cinquième (Alma Serena) a du trapio. C’est le mieux présenté du lot.  Il est du genre à réfléchir avant de charger et met en difficulté torero et cuadrilla. L’eral est un manso con casta, sérieux, distrait pour la lidia duquel il faut une expérience que ne peut avoir un becerriste. Pacheco ne trouve pas les clefs pour résoudre problèmes et énigmes posés par l’Alma Serena. Il finit par être dominé par son opposant et a des difficultés pour tuer (une demie avec hémorragie longue à faire effet).

 

Tibo Garcia est en progrès. Il s’extériorise un peu plus et a même exprimer de la révolte quand il  perdu à l’épée des trophées acquis à la muleta. Le second (Le Lartet) est un bon novillo, noble et encasté.  Il a une charge rectiligne. Tibo construit une faena  templée qui met en valeur et utilise  avec finesse les qualités du novillo. On retiendra deux bonnes séries de naturelles et une excellente de derechazos. Une oreille après une entière basse. L’arrastre est applaudie.

Le quatrième (Alma Serena)  met bien la tête dans la cape. El Santo et Miguelito saluent après un bon tercio de banderilles.  Le novillo a beaucoup de caste. Il alterne des périodes où il s’investit dans les séries avec des passages à vide (surtout à gauche) qui obligent le torero à plus s’employer.  D’où une faena intéressante, et très complète, avec une alternance de séries des deux mains très templées et élégantes avec des séries  avec plus de poder. Le matador perd tout espoir de trophées à l’épée (3 pinchazos avant une bonne entière), l’arrastre est applaudie.

Le sixième (Camino de Santiago), gacho, est faible. Dans un premier temps, il oblige le torero à le soutenir en le toréant par le haut. L’eral s’améliore et Tibo Garcia peut exploiter sa grande noblesse en prenant plaisir à toréer, avec classe, exprimant toute sa sensibilité artistique. La fin de faena comporte plusieurs très bonnes séquences  très élégantes  et est conclue d’une entière avec hémorragie. Une seule oreille est accordée, une deuxième pouvait se justifier.  Il serait intéressant d’en discuter avec le torero et les titulaires d’un  palco  qui a su donner du sérieux à cette novillada. 

S’il est vrai que dans certaines arènes, le public  cède facilement au triomphalisme, à Maubourguet le public est très froid. Il n’invective pas le novillero en difficulté mais il ne soutient que « chichement » celui  qui potentiellement peut triompher.

Tibo Garcia sort en triomphe à l’issue d’une intéressante novillada. Il est temps pour lui de passer à l’échelon supérieur. D’autant plus que sa grande taille devient un handicap.   L’impression de facilité créée par la maîtrise du sujet de domination physique,   peuventt atténuer l’émotion créée par la faena.

 

Fiche technique : Novillada non piquée des Fêtes de Maubourguet 2015

6 erales d’Alma Serena, Le Lartet et Camino de Santiago pour

Miguel Pacheco : un avis et silence (Le Lartet), silence (Camino de Santiago), un avis et silence (Alma Serena)

Tibo Garcia : une oreille (Le Lartet), un avis et salut au tiers (Alma Serena), une oreille (Camino de Santiago)

 

Sobresaliente : Maxime Solera qui interviendra por colleras avec Tibo Garcia plus une fois en solo à l’invite des deux matadors

Salut   d’El Santo et Miguelito au quatrième   

Salut des trois ganaderos  à l’issue de la course

Sortie en triomphe de Tibo Garcia

Météo clémente

4/10ème d’arènes

 

Thierry  Reboul

 

Voir le reportage photographique : Christian Sirvins