• 1

Lunel (17/07/2016 - tarde) : Tibo Garcia et Manolo Vanegas coupent une oreille d'un lot décevant de Blohorn...

@Rodolphe Savalli
@Rodolphe Savalli
En ce dimanche 17 juillet, les fêtes de la Pescalune 2016 se clôturaient par la traditionnelle novillada. Au cartel de cette tarde, le Vénézuélien Manolo Vanegas triomphateur de l'édition précédente, l' espagnol Alejandro Marcos, vainqueur du fameux "Zapato de Oro" 2015 et le français Tibo Garcia, triomphateur dimanche dernier de la novillada de Tarascon.

Manolo Vanegas reçut le premier novillo par un joli capoteo avant de le conduire pour deux rencontres à la cavalerie. Au dernier tercio, le Blohorn avisé et dangereux donna du fil à retordre au Vénézuélien qui frôla plusieurs fois la correctionnelle. En mode valiente, Manolo s'arrima, livrant un combat très engagé. Sûr de lui et proposant une muleta ferme, il parvint à tirer des séries de belle facture sur les deux bords. Il termina par statuaires avant de loger un 2/3 de lame qui s'avéra concluant. Une oreille vint logiquement récompenser cette valeureuse prestation.
Le quatrième mit bien les reins lors de trois rencontres face au groupe équestre. Au dernier tercio l'utrero se montra exigeant avec son lot de complications. Manolo Vanegas livra une prestation méritoire, très volontaire mais plus saccadée qu'à son premier. Il réussit à arracher quelques muletazos isolés de bon goût, sans que l'ensemble ne prenne réellement de l'ampleur. Il conclut par redondos et manoletinas engagées, avant une mort en quatre temps. Ovation

Le premier d'Alejandro Marcos fut très bien piqué sur deux prises par Paco Maria, mais un puyazo de plus n'aurait pas été de trop. Face à un novillo restant court lors des échanges et au genio évident, le novillero de la Fuente livra une prestation en dent de scie. Faisant preuve d'aguante et de technique, il réussit à livrer de très bons passages notamment sur la corne gauche, allongeant bien le bras. Mais il connut également des moments plus délicats avec trois désarmés et quelques enganchades qui vinrent ternir l'ensemble. Mort défaillante. Silence.
Le cinquième Blohorn, monté par devant, fut châtié à trois reprises en gardant la tête haute contre le peto. Malgré une belle abnégation, le Salmantin n'eut guère d'option de briller face à un animal compliqué et sans aucune classe. Mort en cinq assauts. Silence.

Le troisième de la tarde, dévolu à Tibo Garcia reçut deux légères rations de fer. Dès les premières passes de muleta, le protégé de Serge Almeras put constater que son opposant ne possédait pas une grande charge. Perdant les mains à plusieurs reprises au cours de la lidia, le novillo montra de meilleures dispositions sur le piton droit. Très appliqué et réalisant une lidia adaptée, Tibo proposa une muleta douce lui permettant ainsi de lier d'élégantes séries de derechazos. La corne gauche se montra moins intéressante, le Blohorn se déplaçant beaucoup moins. Il réalisa un tour de piste après avoir estoqué d'une demi trasera suivie d'un coup de verdugo.
Tibo lidia par fuera le dernier de l'après midi avant de l'amener pour trois doses au lancier. Après un brindis au public, Tibo débuta sa faena par des doblones très ajustés, gagnant ainsi le centre de piste. Le Blohorn, maniable mais manquant d'humiliation, permit à Tibo de pouvoir exprimer sa tauromachie dans un registre toujours très classique. Trouvant le bon sitio, il réalisa une faena ambidextre qui, sans atteindre des sommets d'intensité, fut plaisante. Laissant bien courir la main, notamment sur la rive droite, il put embarquer son utrero dans des tandas a gusto bien rythmées. Il remata son combat par des manoletinas enlevées avant de loger un trois quart de lame tendida concluant au troisième essai. Oreille.

Fiche technique :
Arènes San Juan, Lunel (34)
Six novillos de la ganaderia Bruno Blohorn.
Entrée : 1/2 arènes
Temps beau et chaud
Durée de la course : 2h35
15 rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol.

Manolo Vanegas : Oreille / Ovation après avis
Alejandro Marcos : Silence / Silence
Tibo Garcia : Vuelta après avis / Oreille

Une minute de silence fut observée en hommage aux victimes de Nice.
Tibo Garcia reçut le prix du meilleur novillero ainsi que le coup de coeur de la peña Litri.
Javier Martin de la cuadrilla de Manolo Vanegas reçut quant à lui le prix du meilleur picador.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : Rodolphe Savalli