• 1

Béziers (15/08/2016 - tarde) : Un Grand Rafaelillo en clôture...

@ElTico
@ElTico
Le matador de toros Rafael Rubio Luján "Rafaelillo" est sorti a hombros des arènes du Plateau de Valras après avoir coupé trois oreilles d'une intéressante corrida de Miura, dont l'un des exemplaires, sorti en quatrième position, a été primé d'une vuelta posthume. Une fois de plus, la traditionnelle "Miurada" de clôture de la Feria de Béziers, a été pourvoyeuse de grands moments d'émotion et relevé le niveau général d'un cycle qui a globalement manqué de qualité en ce qui concerne le bétail proposé.

Avec un toro primé d'une vuelta al ruedo, trois qui "permettaient", un faible et un digne de la "leyenda negra" opportunément sorti en première position pour un très important Rafaelillo qui s'en accomoda fort bien, les pensionnaires de Zahariche ont entretenu le spectacle, deux heures et demie durant et enthousiasmé à plusieurs reprises des tendidos en manque de toros ces derniers jours. Mais le grand bonhomme du jour, sans effet de language à bas prix, a assurément été Rafaelillo qui a placé la barre très haut à l'issue de son premier combat, conclu d'une entière foudroyante et pour lequel le public avait déjà demandé mais pas obtenu, les deux oreilles... Que dire alors de cette incroyable faena au quatrième, un Miura noblon qui lui rappellera toutefois en quelques occasions, les égards que l'on doit à son fer et à son Histoire... Après une série de naturelles de face, alors que Rafaelillo se profilait pour la suerte suprême, personne ne doutait que les deux oreilles d'"Aldeano" étaient en jeu. Et surtout pas le matador qui se jetait entre les cornes comme un mort de faim, sortant de ce choc la taleguilla déchirée pour assister aux derniers instants de vie de ce formidable combattant sous les acclamations d'un conclave conquis.
Ainsi s'achève une Feria de Béziers 2016 marquée par des mesures de sécurité draconiennes, rendues nécessaires par les évènements récents que notre Pays a eu à connaître et une fréquentation malheureusement frappée de plein fouet par ce climat d'insécurité dont tous les rassemblements importants de personnes souffrent.
Rendez-vous pour la Feria 2017, avec en clôture, les toros de Miura...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Rafaelillo hérita d'un premier miura, très haut et long, qu'il salua par deux largas de rodilla et veroniques. Le pensionnaire de Zahariche fut longuement piqué sur la première rencontre, avant de s'élancer de loin avec alegria sur la seconde, mais ne montrant jamais de bravoure contre le peto. Dès les premiers échanges, le bicho se montra très violent, gardant la tête très haute et se retournant sur les chevilles. Rafaelillo enfila le bleu de chauffe et construisit une faena emplie de courage et de volonté. Frôlant à plusieurs reprises la sanction, le torero de Murcia fit parler son bagage technique pour voler à ce dangereux cornu des séries ambidextres très valeureuses, qui portèrent sur le public. Un trois quart de lame d'effet fulgurant fit tomber logiquement la première oreille de cette miurada.
Rafaelillo réceptionna magnifiquement son second opposant par larga, enchaînant par des veroniques très templées et une demi très "torera". Au tercio de varas, l'animal fut très bien piqué lors des deux rencontres, venant de loin et avec ferveur sur l'ultime. Début de faena tonitruant du Murciano par trois muletazos à genoux suivi de deux naturelles de catégorie. Bénéficiant d'un toro possédant un joli fond de noblesse, Rafaelillo dessina une faena importante, parfaitement construite, faite de longues séries toutes en douceur et en rondeur. En fin de trasteo, il dessina, une par une, des naturelles de face d'une grande amplitude esthétique, avant de finir de conquérir la plaza par redondo, muletazos et double pecho, sous des olés très appuyés. A la suerte suprême, il s'engagea comme un affamé entre les pitons pour loger une entière concluante. Deux oreilles et vuelta posthume au toro.

Mehdi Savalli s’avança accueillir son Miura a porta gayola sous les "Mehdi Mehdi". Réception réussie, suivie de veroniques énergiques et d'un remate tout en alegria. Le bicho montra de la faiblesse durant le tiers de pique, perdant les mains à deux reprises après une double ration de châtiment mesurée. L'Arlésien écouta ensuite une énorme ovation, après trois paires de banderilles de haut vol. Le Miura confirma son manque de force dès l'entame de faena. Face à cet adversaire sans aucune charge et à tête chercheuse, le diestro, malgré une volonté débordante et des tentatives sur les deux bords, ne put bâtir à aucun moment une faena. Mort par entière très basse au deuxième assaut. Ovation.
Mehdi salua par deux largas de rodilla le cinquième, avant de le lidier par fuera. L'astado poussa bien sur la première pique avant d'en prendre une deuxième quelconque. Mehdi écouta une forte ovation aprés une pose des banderilles spectaculaire et enlevée. A la muleta, devant ce client nettement supérieur sur la corne gauche, Mehdi, a gusto, lui imprima plusieurs séries notables de naturelles, bien rythmées et joliment dessinées. Sur la diestra, les passages ne trouvèrent pas le même écho, le Miura restant sur les zapatillas. Un final varié par une série de pechos et de passes aidées par le haut, qui fit monter un peu plus l'intensité des débats. Une épée efficace vint clôturer ce face-à-face et permit à Mehdi de promener une oreille.

Alberto Lamelas réceptionna également son toro a la puerta de los chiqueros, enchaînant par une larga de rodilla qui passa par miracle et des vibrantes veroniques débordantes de ganas. Le Miura fut longuement piqué par trois fois, sans que ne ressorte une quelconque bravoure. Très décidé, le torero de Jaen entama le dernier tercio, les deux genoux en terre. Le toro se révéla vite avisé, se défendant beaucoup et ne se déplaçant pas. Lamelas mit du cœur à l'ouvrage, mais l'ensemble quelque peu brouillon ne prit jamais son envol. Il le coucha d'une entière basse suivi de deux coups de verdugo.
Lamelas amena le dernier toro de la feria par trois fois au cavalier, sans que celui ci ne pousse vraiment. La dernière fut contestée par le public. Au dernier tercio, le protégé de Robert Piles, livra à ce Miura, gazapon et à courte charge, une prestation en dent de scie, éprouvant des difficultés à s'accommoder avec les mouvements du bicho. Il tua d'une lame jusqu'à la garde concluante. Silence.


Plaza de toros de Béziers (34)
1/2 arènes
Six toros de Miura
14 rencontres avec le groupe équestre d'Alain Bonijol
Poids : 661, 551, 546, 589, 584 & 601
Temps couvert
Durée : 2h25

Rafaelillo : Oreille après pétition de la seconde / Deux oreilles
Mehdi Savalli : Ovation / Oreille
Alberto Lamelas : Légers applaudissements / Silence.

Le toro de nom Aldeano, portant le numéro 42, pesant 589 kilos et né en décembre 2011 fut primé d'une vuelta al ruedo posthume.
Le prix au meilleur piquero fut attribué à Gustavo de la cuadrilla de Rafaelillo pour sa prestation au quatrième toro.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico