Bayonne (04/09/2016 - tarde) : Cinq oreilles et deux sorties en triomphe pour la clôture...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Bayonne a clôturé sa temporada sur un note triomphale et même si on peut juger que le nombre d'oreilles fut généreux, l'entrega des toreros du jour fut pour beaucoup dans le tenue de l'après-midi, les toros d'Alcurrucen étant très loins de ce que l'on peut attendre de ce type d'élevage. Face à des toros à la caste très relative, la plupart froids dans leur sortie, fuyards et mansos au cheval, et (à l'exception du 5ème) ne mettant que rarement et franchement la tête dans les muletas, Sebastien Castella donna une vraie leçon de tauromachie au 4ème, Daniel Luque fut sérieux et appliqué dans son après-midi et Jose Garrido au 3ème confirma qu'il est une valeur montante de l'escalafon.

Seuls Castella et Luque eurent l'honneur de la sortie par la grande porte ayant coupé deux oreilles mais Garrido fut chaleureusement ovationné à sa sortie (avec une oreille au compteur).


Sebastien Castella.
Avec Sultanoto, le tambour major, il eut le malheur de tomber sur un manso dans toute sa splendeur. Sortie prudente et peu offensive, protestations sous les deux morsures du fer, fuite dès que possible vers la sortie (en l'occurence celle du patio bayonnais). Peu de choses à faire, peu de choses faites. Castella abrège avec difficulté sous le silence compréhensif. Sifflets nourris pour l'Alcurrucen.
Zambomba présenta beaucoup de similitudes de comportements avec son frère de campo. Après 4 contacts sortant en ruant du cheval, l'histoire semblait compromise. Néanmoins à défaut d'humilier franchement, cet exemplaire mettait correctement la tête dans les leurres qui lui étaient présentés. Brindis au public et démarrage classique du biterrois par des cambiadas suivies d'une série dominatrice genou ployé. Néanmoins l'Alcurrucen sur les deux premières séries recherche la fuite. Castella accepte d'aller chercher le terrain proche du toril où il pourra le faire charger. Dans ce terrain après une série de naturelles au ralenti, Sebastien donne une vraie leçon de domination avec temple et technique. La faena sera longue (avis) alternant les séries des deux mains permettant au français de démontrer son savoir-faire. Dommage que l'épée reussie au 2ème essai soit portée sans engagement véritable. Deux oreilles, une de trop sûrement (cf estocade) que Sebastien donnera vite à sa cuadrilla mais très belle démonstration justement fêtée par le public.

Daniel Luque
Sans atteindre les sommets, l'andalou a connu une bonne journée, coupant l'oreille de chacun de ses adversaires. Profesor fut reçu dans un capote alluré. Sous la pique il se reveilla dans un premier contact ou il poussa avant de revenir pour le second puyazo en protestant sous la morsure. Au dernier tiers, le toro ne va pas vraiment se livrer obligeant Luque a donner un toque appuyé pour provoquer l'embestida. Un peu à contre-style, il va enchaîner les passes un peu brusques avant sur la fin de son travail soigner le style et la posture en raccourcissant le premier temps de la passe. Une entière en arrière concluante fit monter la pétition et un pavillon tomba du palco-Sifflets au toro.
Cigarrero fut le meilleur de l'envoi pour le dernier tiers (il ne se passa que fort peu de choses intéressantes avant). Il permit une entame de faena dans le corte artiste de Luque et si les séries qui suivirent furent un peu rapides, le torero sut maintenir l'intérêt du public en ravivant l'enthousiasme par une série finale de Luqesinas fort appréciée bien qu'à l'esthétisme limité. Après une entière en arrière et deux descabellos, l'oreille de la sortie en triomphe tomba (une habitude en ces lieux pour le natif de Gerena).

Jose Garrido
Menton sur la poitrine, il accueille Deseado par des veroniques de son cru et la demie.2 contacts rapides au cheval. Le début de la faena par statuaires fut somptueux, l'immobilisme de Garrido allié à une charge forte de l'animal donnant beaucoup d'émotion. Si la faena ne sera pas complète, elle comportera de très bons bons moments notamment sur le côté droit. L'ensemble manquera un peu de liaison mais le style de Garrido et une série de Manoletinas et Bernadinas de fin de faena mirent le public en ébullition. Une belle épée concluera l'actuacion, mais elle ne sera portée qu'au 3ème essai après que le jeune homme soit salement soulevé à la deuxième tentative. Dans l'émotion, une oreille.
Par contre avec Afanes, Garrido fut en difficulté comme le fut son picador Francisco Macias qui ne dut qu'à la résistance du cheval de ne pas tomber sur l'Alcurrucen dans un spectaculaire et détonnant 1er contact. A la faena, le toro se retourne vite sur la muleta qui manque de fermeté, Garrido met beaucoup de temps à se centrer. Quand il finit par y arriver sur des derechazos, l'animal prend le leurre sans grande limpidité certes. Mauvaise conclusion à l'estoc. Ovation


Bayonne clôture de la temporada
4/5ème d'arène
6 Alcurrucen
14 contacts
Cavalerie Heyral

Sebastien Castella Silence/2 Oreilles
Daniel Luque Oreille/Oreille
Jose Garrido Oreille/Ovation


Philippe Latour


Voir le reportage photographique : Philippe Latour