Dax (10/09/2016) : Une oreille pour Fandiño...

  • Imprimer

@Roland Costedoat
@Roland Costedoat
La ganaderia de Fuente Ymbro traverse une mauvaise passe. Le lot présenté à Dax n’a pas laissé entrevoir un possible renversement de tendance. De présentation juste correcte, bien armés, ils ont manqué de fond. Peu investis au premier tiers, ils sont arrivés noblotes, voire sosos à la muleta. Très vite éteints ou décomposés, ils n’ont pas offert beaucoup de possibilités aux toreros et n’ont jamais transmis d’émotion. Seul le second a tenu un peu mieux la distance et a permis à Yvan Fandiño de couper la seule oreille de la course.


Le troisième, totalement invalide, a été remplacé par un sobrero de José Cruz, bien présenté mais manquant de race.
Diego Urdialès et Pepe Moral, parfois mal servis et souvent peu convaincants, sont repartis bredouilles.
Le premier humilie peu dans la cape de Diego Urdialès. Il prend deux piques trop longues sans pousser. Il est faible et le torero le double avec douceur. Dès le début de la faena, il regarde les planches à la fin de chaque passe. Il est soso aussi bien à droite qu’à gauche et ne transmet aucune émotion. C’est tout à fait le toro qui ne convient pas à la personnalité du torero d’Arnedo. Au bout de trois séries, le toro n’accorde plus aucun intérêt à la muleta qui lui est proposé et cherche à partir vers les tablas. Urdialès abrège en tuant mal et avec prudence. L’arrastre est sifflée.
Le second prend deux piques en se défendant. Il est faible mais a un fond de noblesse. A la muleta, il répond aux sollicitations du torero sans poser de problème à condition d’être toréé à mi hauteur. Yvan Fandiño a manifestement envie de bien faire. Il construit une jolie faena utilisant la charge franche du toro. Dommage qu’il le fasse en toréant sur le voyage sans se croiser. Un de mes anciens professeurs aurait écrit : « Elève doué mais peut mieux faire ».
A noter, toutefois, un très beau changement de main après une bonne série de manoletinas. Accroché en portant l’estocade, Il place une entière en arrière mais qui tue vite. Il coupe une oreille, la présidence résiste avec sagesse à la demande d’une partie du public qui réclamait la seconde. L’arrastre est applaudie.

Le troisième s’effondre dès son entrée en piste. Une fois relevé, il titube et chute à plusieurs reprises. Renvoyé au toril, il est remplacé par un sobrero de José Cruz, costaud et bien armé. Bien mis en suerte, le remplaçant prend une première pique en poussant puis un picotazo. Il est noble, manque de forces et par conséquent transmet peu. Pepe Moral brinde au public et débute sa faena par des derechazos brouillons. Il restera marginal lors des séries suivantes. Très vite le toro raccourcit sa charge et va menos. Le torero abrège en tuant d’une demie en place et deux descabellos.

Le quatrième prend deux piques légères. Après un bon quite par gaoneras de Fandiño, Urdialès le brinde au public. Le bicho avertit d’emblée le torero sur la corne droite. Très vite il devient tardo. Il ne s’investit pas plus dans la passe que le torero et se décompose au bout de quatre séries. Toro et torero baissent pavillon. Après un tiers de lame porté avec une grande prudence, Urdialès doit recourir par trois fois au descabello.

Le cinquième, est économisé au premier tiers et prend deux picotazos légers. Yvan Garcia est appelé à saluer après une bonne paire de banderilles. Fandiño est motivé. Il débute par une série donnée sans jamais rectifier son placement. Il est plus sincère que lors de sa première faena. Il se croise dès la seconde série à droite. Le toro, plutôt bonbon jusqu’alors, baisse de ton à la troisième et commence à se décomposer quand le torero basque prend la main gauche. Fandiño continue à se croiser pour tirer encore quelques passes. Son final « à la Castella » ne manque pas d’allure. Sévèrement secoué en citant pour une manoletina. Il prend l’épée et s’engage pour une entière malheureusement atravesada. Il doit se contenter de saluer.

Le sixième est bien piqué, mais ne pousse pas sous le fer. A la muleta, il est noble et répond bien en début de faena. Pepe Moral le toréé sur le voyage sans se centrer, ni se croiser. Le torero n’exploite pas les possibilités offertes en début de faena. On ne retrouve ni le temple, ni la manière de conduire la passe qui lui avait permis de triompher en 2015. Et pourtant le toro permettait .Le Fuente Ymbro finit par aller à menos et la faena aussi, silence pour le torero après une entière légèrement tombée.

Fiche technique :
Dax, première corrida de Toros y Salsa
5 toros de Fuente Ymbro et un sobrero de José Cruz (trois bis) manquant de caste et de fond pour

Diego Urdialès : un avis et silence, silence
Yvan Fandiño : une oreille, salut au tiers
Pepe Moral : silence, silence

Salut d’Yvan Garcia au cinquième
12 piques et picotazos
Cavalerie Bonijol
Poids des toros : 490, 520,520(3 bis), 500, 515, 495
Président Franck Lanati
Durée de la corrida : deux heures vingt minutes
7/10ème d’arènes
Soleil de Juillet

Thierry Reboul


Voir le reportage photographique : Roland Costedoat