Arles (10/09/2016) : Le rendez-vous des Artistes... Luis Francisco Esplá et Juan Bautista a hombros...

  • Imprimer

@ElTico
@ElTico
Lequel des trois était le plus Artiste aujourd'hui ? Le vétéran Luis Francisco Esplá, premier torero à se produire dans l'écrin de sa propre scénographie, digne des plus grandes Goyesques d'Arles ? Morante de la Puebla, annoncé comme tel qui, après son horripilant caprice au second, a confirmé face au cinquième malheureusement trop affaibli par de mauvaises piques, combien la profondeur de son toreo s'accordait parfaitement avec le décor de ce rendez-vous annuel à nul autre pareil ? Ou Juan Bautista, désormais maître des lieux dont on ne sait jusqu'où le ménera la majesté de sa tauromachie qu'il polit, année après année, tel l'orfèvre de son destin ?

Sans oublier l'Orchestre des Arènes Chicuelo II et Paco Montalvo, jeune virtuose au violon Flamenco... Et les toros de Zalduendo qui ont tenu leur rang de toros... "artistes"...
Les arènes d'Arles ce samedi de Goyesque étaient vraiment le rendez-vous des Artistes...

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier dévolu à Luis Francisco Espla resta court dans le capote de salida de l'Espagnol, avant de prendre deux rations de fer, dont l'ultime trop appuyée. Début de faena de qualité, main gauche sur les tablas, avant de remater par une trinchera de catégorie. Il prit instantanément la zurda pour une série durant laquelle le toro perdit les mains à plusieurs moments. Face à cet adversaire ayant une fâcheuse tendance à se réfugier aux tablas, Espla servit une faena très intelligemment construite. Toréant dans la querencia et laissant
le voile à son niveau afin de profiter au mieux des demies charges du Zalduendo, le diestro réalisa une tauromachie très "à l'ancienne", faite de séries courtes et de passes variées. Seul le manque de conditions du bicho empêcha le tout de prendre une plus grande ampleur et de basculer ainsi dans une autre dimension. Il put tout de même promener une oreille après une demie en place au deuxième envoi. Oreille.
Espla accueillit par de soigneuses véroniques son deuxième opposant avant de l'amener pour une légère double prise de châtiment. Il entrecoupa le tercio de piques par un quite par navarras très alluré. A la muleta, le toro donna un très bon jeu, permettant ainsi au maestro de dessiner une prestation très élégante, pleine de toreria. Les meilleures séquences furent livrées sur la diestra, lors de séries de derechazos très harmonieuses, la main très basse. En fin de combat, alors qu'il venait de récupérer l'épée de mort, il se fit prendre lors d'une passe aidée par le haut, miraculeusement sans conséquence. Il tua d'un trois quart de lame suivi d'un grand coup de verdugo délivrant un pavillon, synonyme de sortie en triomphe. Oreille.

Morante lidia par fuera son premier adversaire qui resta court dans les lances du maestro, affichant un manque de force flagrant. Au tercio de varas, Morante le fit injustement assassiner sur deux rencontres, rendant le bicho invalide. Au dernier tercio, il n'y eut pas de faena, le maestro de la Puebla del Rio expédia les affaires courantes, prenant juste la peine de se doubler avec l'astado. Pour ne rien arranger, il l'envoya dans l'autre monde après une multitude d'échecs épée en main. Bronca
Morante servit de très belles veroniques pieds joints lors de la réception de son second toro. Face au piquero, le bicho prit deux piques quelconques. L'Andalou se montra cette fois motivé lors du dernier tiers. Laissant bien reprendre son faible astado entre chaque série, le diestro réalisa un trasteo qui alla a mas. Sans atteindre des sommets d'intensité, la faute aux conditions très limitées de son Zalduendo, Morante instrumentalisa une faena très douce, emplie de détails et d'inspirations. Après une demi épée concluante, il coupa une oreille quelque peu contestée par les étagères.

Juan Bautista salua le troisième de l'après-midi par de vibrantes véroniques, avant de le conduire pour deux légères piques. Belle entame de faena de l'Arlésien par deux bonnes tandas de la droite, faisant logiquement déclencher les accords musicaux. Face à ce très noble animal, Juan Bautista ne laissa pas passer l'occasion de triompher dans son jardin. Il embarqua son Zalduendo, et le public par la même occasion, dans un faenon de très grande ampleur. Il fit rugir l’amphithéâtre avec une tauromachie intense et poderosa, d'un très haut niveau, faisant également étalage d'un répertoire varié par luquecinas, passes dans le dos, molinettes et redondos. Il conclut son chef d'oeuvre par un recibir qui fit tomber en toute logique les deux oreilles et la queue du palco présidentiel.
Juan Bautista se mit en évidence en réceptionnant l'ultime toro de la tarde par larga, veroniques et chicuelinas. Il conduisit son toro pour deux légères puyas, souhaitant l'économiser au maximum. Il écouta ensuite une très belle ovation après avoir posé lui même les palos. Très bon entame de faena, un genou en terre, après avoir brindé au chef de lidia du jour. Le Français livra ensuite une prestation importante sur les deux bords, qui alla a mas. Maîtrisant parfaitement son sujet, il fit chavirer le public par de profondes séries ambidextres, respirant le temple et le pouvoir. Comme lors de son combat précédent, il fit également étalage d'un répertoire très soutenu, pour le plus grand plaisir du ruedo arlésien. A la suerte suprême, il réédita un estoconazo a recibir, faisant mouche sans attendre. Deux oreilles.


Arènes d'Arles (13)
Samedi 10 septembre à 17h
Corrida Goyeque
Six toros de Zalduendo
Poids : 520 , 530 , 510 , 490 , 495 , 500.
12 rencontres avec la cavalerie d'Alain Bonijol
Plein apparent
Beau temps
Durée : 2h30

Luis Francisco Espla : Oreille / Oreille
Morante de la Puebla : Bronca / Oreille
Juan Bautista : Deux oreilles et la queue / Deux oreilles

Rafael Viotti salua à l'issue du tercio de banderilles au troisième toro.
Le toro sorti en troisième position, de nom Opulento, numéro 178, né en décembre 2011, pesant 510 kgs fut primé d'une vuelta al ruedo
posthume.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico