• 1

Vauvert (18/03/2018) : Solalito remporte le prix du meilleur novillero...

©Jean-Luc Jouet
©Jean-Luc Jouet
Ce dimanche après midi, la novillada sans picador donnée dans le cadre du 11ème printemps des jeunes aficionados et comptant pour le trophée "Occitanie", a attiré le monde puisqu'on pouvait compter jusqu'à un joli tiers d'arène.

Étaient au programme un novillo de Sainte Cécile pour le rejoneador Michael Toubas et quatre erales de Michel Barcelo pour J.A Valencia (E.T.Arles), Antonito (Rhône Aficion), Solalito et Hugo (C.F.T)

J.A.Valencia reçut le premier de la tarde par un capoteo soigné, ponctué par revolvera. Lors d'un échange de quite avec Antonito, le vénézuélien se fit accrocher violemment par son opposant, le diminuant visiblement sur la cheville droite. Face à un novillo présentant son lot de complications, l'élève de l'école taurine d'Arles mit le bleu de chauffe. A base d'abnégation, il parvint à livrer une partition ambidextre intéressante malgré quelques petites imperfections. Sa prestation culmina sur une ultime série droitière, haute en intensité et parfaitement templée, enchaînée par des manoletinas allurées. Un très mauvais maniement des aciers lui fit écouter le silence.

Antonito, très décidé, salua son eral par deux largas de rodillas suivies par des veroniques bien tracées. L'élève de Rhône Aficion écouta une chaleureuse ovation après avoir posé les palos avec brio. A la muleta, le novillo se révéla exigeant et Antoine éprouva des difficultés à résoudre les équations posées par le Barcelo, connaissant notamment plusieurs désarmés au cours de son trasteo. Mort en plusieurs temps. Ovation avec Salut.

Solalito se montra à son avantage lors de la réception de son adversaire, par un capoteo fleuri et varié. Il se mit également en évidence lors du tercio de banderilles, récoltant une forte ovation à l'issue. Au dernier tercio, le bicho montra des signes de faiblesse mais assez de qualités dans ses embestidas pour permettre au protégé de Denis Loré et Serge Almeras de s'exprimer. Solalito comprit parfaitement les besoins de cet opposant supérieur à gauche, proposant une muleta douce et idéalement dosée pour en tirer le meilleur. Sous les airs musicaux, il servit plusieurs séries de naturelles d'une extrême délicatesse, remplies de pureté et de temple, qui firent vibrer les tendidos. Sur la droite, il imprima de bons muletazos mais sans atteindre le niveau et le cachet artistique des tandas gauchères. Il remata sa faena par des passes aidées par le haut avant de tuer en trois temps, lui ôtant tout espoir de trophée. Ovation avec Salut.

Hugo hérita d'un eral maniable mais manquant de transmission. Le Nîmois servit une faena méritoire qui eut du mal à prendre en intensité malgré quelques échanges notables. Il tua par une entière trasera avant deux coups de verdugo. Ovation avec Salut.

L' astado de Sainte Cécile, dévolu à Michaël Toubas, s'avèra être un parfait collaborateur, permettant ainsi au rejoneador de s'exprimer. Le cavalier livra une prestation irrégulière, tuant d'une lame contraire d'effet rapide. Vuelta.


Arènes Jean Brunel de Vauvert (30)
Dimanche 18 mars à 16h
1 novillo de Sainte Cécile (5ème) et 4 erales de Michel Barcelo , très bien présentés et donnant du jeu.
Temps mitigé avec quelques averses.
1/3 de plaza
Durée : 2h20


J.A.Valencia: Silence.
Antonito: Ovation avec Salut après avis.
Solalito: Ovation avec Salut.
Hugo: Ovation avec Salut.
Michaël Toubas: Vuelta.


Solalito fut logiquement déclaré "meilleur novillero" , récoltant pour la troisième année consécutive une muleta offerte par l'UCTPR.


En matinée, Alberto Lamelas , Javier Cortès et Carlos Olsina tientèrent respectivement deux machos des héritiers d'Hubert Yonnet et un de Turquay ,
démontrant des caractéristiques diverses, que ce soit sous le fer de Gabin Rehabi ou dans le voile des piétons précités.

Alexandre Guglielmet